Addict !!

Un week-end dans la campagne lubéronnaise m’a rendue addict ! Et oui, je suis devenue une obsédée du granny, argh…

La responsable est ma muse de la pampa, cette chère chère Clothogancho, si douée pour crocheter toutes sortes de fils, pour mélanger les couleurs et surtout pour les créer, aaaahhh, son atelier, ses bocaux remplis de mixtures mystérieuses qui murissent au soleil, ses jolies pelotes qui remplissent des tas de boites….Gniiii, je voudrai passer mes journées au milieu de tout ça !!!

J’avais, dans ma besace à tricot, des pelotes de Darling de Katia, une laine plutôt destinée à faire des chaussettes qui est tout en dégradé, et bien au lieu d’habiller mes pieds, elle a fini en une multitude de petits grannys assemblés les uns aux autres pour faire une veste à la Sophie Digard pour le film Bright Star, bon évidemment pas aussi petits que les siens, j’étais beaucoup trop impatiente de l’avoir sur le dos hihi !

les miens sont fait de 2 tours, commencés sur un anneau magique et crochet n° 2,5.

Un grand granny au milieu du dos pour faire diversion.

Ne me demandez pas combien j’en ai fait, je n’ai pas compté….

Je voulais faire la bordure (1 rg de mailles chainettes crochet n° 3, puis avec le crochet n° 2,5, 1 rg de mailles serrées, 1 rg de brides. Pour les manches, j’ai rajouté 1 rg de trous-trous : * 1 bride dans une bride du rg précédent, 1 maille en l’air, sauter une maille et recommencer depuis *) en Coast de Holstgarn, un mélange laine/coton tout doux mais beaucoup trop fragile pour cet emploi, il faut en effet penser que l’on peut s’accrocher facilement avec cette veste, j’ai finalement opté pour une laine baby de Bouton d’Or que j’avais en stock.

Vous comprendrez maintenant la raison de mon silence prolongé…

J’ai aussi refait une veste en test, cette fois en Cascade 220. Il y aura bientôt la fiche en vente, version été en coton et version temps froid et humide en laine.

Je bosse aussi sur un autre test (cela va réjouir certaines, hum, hum), je refais un Picpus pour être bien sûre de mes calculs… Et aussi sur 2 créations de châle…..

Maintenant, je vais répondre au tag de Clothogancho, je pourrai dire que comme elle, je suis super avare de mon temps, que quand j’en reçois, je dis que oui, je vais essayer de jouer et pfffff, le temps passe, file, glisse et me manque !!

Allez zou !

1) Êtes vous toujours satisfaite du résultat de votre tricotage ?

Oui, car quand c’est moche, je le vois illico et je défais tout !

2) Etes-vous parfois déçue au point de vouloir tout détricoter et refaire un autre modèle ? Pourquoi ? Est ce la couleur ? La laine ? La réalisation ? Trop petit ? Trop grand ?

Cela a dû m’arriver quelquefois, je ne suis jamais réellement déçue quand il est terminé, mais comme lorsque je me fais des vêtements en couture, je les mets une fois ou deux et ils restent sur leur cintre des lustres, je finis par les donner à ma fille ou ma mère, la raison n’est pas qu’ils ne me plaisent pas, mais j’en ai….beaucoup, ahem….Par contre, si, c’est arrivé une fois avec mon pull Wisteria, il faisait toujours des plis au niveau de la poitrine car j’ai changé (plus fort que moi…) la coupe, je l’ai fait près du corps et pas fait de rangs raccourcis pour un tombé bien placé du buste, malin ! Je ne l’ai pas défait, mais mis au placard au moins deux ans et il a fini par être donné…

3) Portez-vous toujours vos ouvrages ou finissent ils parfois au fond du placard, et dans ce cas pourquoi ? Comment évoluent ils au fil du port, au fil des lavages ?

Le début de réponse à cette question rejoint la précédente.

Leur évolution dépend évidemment de la laine, il y a deux ans, j’ai tricoté un gilet de Kim Hargreaves, le Béa et j’ai fait la bêtise de le faire en Partner 3,5 de Phildar que j’avais en stock, là, je pleure car ce gilet est tout mignon, je l’adore mais cette laine est une vraie cata, elle fait des bourres de partout, particulièrement aux endroits de frottement comme sous les bras, même mon rasoir à laine n’y vient pas à bout…Je pense à m’en refaire un, mais cette fois, vu le boulot, je choisirai une belle laine…

4) Faites-vous toujours un échantillon ?

Heuuu, pratiquement jamais et de toute façon, mon échantillon ne correspond jamais, jamais, jamais à mon tricot final, allez comprendre…Je sais à peu près d’instinct le nombre de m que j’aurai et si cela n’est pas tout à fait juste par rapport au modèle, je m’adapte….

5) Finalement, optez-vous pour certaines laines dont vous commencez à connaitre le comportement afin d’éviter les mauvaises surprises ?

Je commence à bien connaitre les laines et leur comportement, donc selon le résultat que je veux obtenir, j’oriente mon choix, mais il y a toujours des surprises, rarement mauvaises j’avoue quand on tape dans la qualité, savoir que parfois, il ne faut pas faire de blocage ou alors, très léger (comme pour ma veste au crochet, j’ai juste un peu lissé doucement mes grannys à la main).

C’est aussi une question de goût, il y en a que je n’aime pas, même si elles sont belles et d’autres à priori moches qui finalement donnent de bons résultats…

Mais mon rêve est d’avoir les murs de mon atelier tapissés de pelotes, d’écheveaux en tous genres teint à la main, toutes ces couleurs m’émerveillent…J’avoue que je commence à avoir un stock intéressant, hihi !!!

Et pour finir ce long billet, je vous annonce qu’une soirée tricot est organisé par ma nouvelle chouette voisine dans sa jolie librairie anglaise :

c’est au 157 rue Carreterie à Avignon (juste à coté de mon magasin de piano pour celles qui connaissent), n’hésitez pas, elle est adorable et pourra vous parler des laines d’Islande où elle a vécu !

Carreaux

Vous êtes toutes adorables !!!! Je vous remercie très vivement pour ce torrent de commentaires ! Je n’ai pas pu répondre à tout le monde car…débordée je suis !! Il faudra être indulgente à ce sujet car si vous voulez des billets réguliers (oooh, mais cela s’appelle du chantage, ça, hem, hem), il me faut du temps….Mais, promis, j’essaie de répondre, surtout quand des questions me sont posées.

Pour vous faire patienter (mes modèles arrivent, fignolage des explications….), voici un peu de couture, c’est une veste de notre ami allemand, Hélas, j’ai oublié de noter de quel magasine elle provient, je vous ferai un édit à ce sujet demain.

Style caban, écossais de l’Étoffe des Héros, doublure tissu fleurettes du MT d’avignon, boutons de ma copine Kalate d’Avignon.
Je n’ai pas cousu volontairement les cotés des pattes de poche, juste parce que j’aime les avoir ainsi…

carreaux tous raccords, comme il se doit. J’ai même coupé les pièces une par une pour être sûre du raccord, le droit fil n’est pas toujours nickel dans certains tissus, donc pour éviter une déconvenue une fois coupé….il vaut mieux prendre un peu plus de remps pour la coupe, je sais, c’est rasoir, mais on ne peut y couper si on ne veut pas un effet… »c’est moi qui l’ai fait »…bon, je ne suis pas gentille sur ce coup, mais c’est mon coté maniaque….

Pour passer le temps, j’ai tricoté hier soir un col, mélange de laines improbables, heu…je ne sais plus trop…Berger du Nord, Bouton d’Or et je ne sais plus trop quoi que j’avais en stock, de quoi tricoter en 9 un peu souple, j’ai refait mon col Inouï Inuït et même si mon modèle préconise du 12 , je l’ai fait en aig 9 en suivant exactement les explications, résultat :

Col de taille moyenne parfait !

J’adore les col et celui qui va suivre était dans ma to do-list depuis un an (je ne compte pas le petit que j’ai fait pour garçon 1), le fameux Herringbone de Purl Bee :

4 pelotes de Peru de Katia
aiguille circulaire 12 mm. 

Petit truc pour ne pas râler comme un vieux pou pour faire ce point sublime : si vous avez un kit d’aig circulaires, mettez une aig 9 mm à gauche et 12 mm à droite…..Essayez et vous comprendrez pourquoi hihi !

Je suis in love avec ce col, grand, douillet et aussi beau dehors que dedans !

Édit du 09/12/2011 :

Ah, vous me comblez toutes ! Cela me remonte le moral étant clouée par un vilain virus….donc vraiment merci pour  vos commentaires si sympas, cela me motive à fond  !

Voici la référence du caban : Il vient du Burda d’octobre 2010 et c’est la veste n° 112.